Rock

Toronto les PACKS rendent hommage à la corbeille sur « New TV »

Par Charles, le avril 6, 2021 — musique, Rock — 2 minutes de lecture
Toronto les PACKS rendent hommage à la corbeille sur « New TV »

Depuis la signature Fire Talk / Royale Montagne quelques semaines, Toronto fainéant roche PACKS quatre pièces ont été comparés à un groupe de groupes de rock des années 90 (Sonic Youth, Pavement), quelques-unes des bandes de la dernière décennie qui ont emprunté des groupes de rock des années 90 (Vivian Girls, Best Coast), et une poignée d’artistes contemporains qui empruntent à des groupes de rock des années 90 (Disq). Ces comparaisons ne sont pas totalement trompeuses. « Silvertongue », le single avec lequel ils ont annoncé leur premier album Take The Cake, avait tous les composants d’une chanson slacker-rock à contrecœur: des accords de puissance simples, des solos à une ou deux notes, des mélodies vocales arrachées du début du grunge de Seattle. La chanteuse et compositrice principale du groupe Madeline Link – qui a lancé PACKS en tant que projet solo avant d’inviter le batteur Shane Hooper, le bassiste Noah O’Neil et le guitariste Dexter Nash – chante la mâchoire à moitié serrée la moitié du temps, aussi laconique que Steven Malkmus, et il y a une qualité naturellement granuleuse au son et l’apparence de la bande.

Pourtant, il serait injuste de considérer les PACKS comme de simples retours en arrière. Link est un parolier plein d’esprit et intrigant (« Des mots brillants sur une page / Hop à moi plus tard dans un sac en toile de jute / Place à de belles expositions »), et Take The Cake a plein de moments risqués. Alors que nous sommes tous en train de brouiller les noms de groupes, des groupes sans cesse inventifs comme Speedy Ortiz et Land of Talk pourraient être des marqueurs plus précis de la direction que pourrait prendre ce groupe. Le dernier single de l’album, « New TV », dont la première est présentée ci-dessous, est plus lent et un peu plus mélancolique que « Silvertongue », et il y a aussi quelque chose de prêt pour la radio universitaire derrière le piano en boucle. Ses paroles sont encore plus étranges qu’avant – bien que Link ait écrit dans un e-mail à 44musique.com qu’elle chantait vraiment juste à propos de la poubelle:

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.