Actualité

Rage Against The Machine: « Tuer en ton nom »:

Par Charles, le janvier 17, 2021 — musique — 3 minutes de lecture
Rage Against The Machine: "Tuer en ton nom":

La dernière fois que « Tuer au nom de« C’était une nouvelle il n’y a pas longtemps. En 2019, le classique du groupe américain Rage contre la machine a été interfacé par Rockin ‘1000; le plus grand groupe de musiciens bénévoles au monde (plus de 1 000 collaborateurs) s’est produit au stade Commerzbank-Arena de Francfort, en Allemagne. Et ce qui s’est passé était une décharge mémorable de guitares, de tambours, de saxophones et de voix chantant à l’unisson « Et maintenant tu fais ce qu’ils t’ont dit ».

« Tuer au nom de » était le single promotionnel du premier album (éponyme) de Rage Against the Machine, et a atteint le numéro 1 sur les principaux réseaux de radio lors de sa sortie en 1992 et a même sonné à plein sur BBC Radio 1 en 1993. Morello, lors d’une leçon de tuning, trouvé la mélodie du riff et compté: « Je jouais juste de la basse dans un cours de guitare et j’enseignais à un élève l’accordage de la descente en ré majeur. ».

Et maintenant, près de trois décennies après sa sortie, la chanson et Rage Against the Machine continuent d’être la voix contre l’injustice sociale et raciale, qui est de plus en plus mise en évidence et exercée avec plus de brutalité et d’intensité.

La nouvelle est la sortie d’un court documentaire intitulé «Killing In Thy Name», et pour lequel Rage Against the Machine a fait équipe avec le collectif d’art international «The Ummah Chroma». Et il montre un enseignant enseignant à un groupe d’enfants un Une leçon importante sur le rôle que l’oppression a joué tout au long de l’histoire des États-Unis d’Amérique.

«Le matériel suivant est un document d’événements réels. Notre objectif avec cette pièce est d’être une issue de secours fictive connue sous le nom de «blancheur» et une source de découverte. Souvenez-vous que les enfants regardent toujours », marque le début de la vidéo.

Dans les images, Tom Morello, guitariste du groupe, indique: «Ma mère est une femme blanche avec une voix raciale. Pendant trois décennies, elle a été une enseignante progressiste dans un lycée conservateur, incitant les élèves à contester le système. « 

Découvrez le court documentaire ci-dessous:

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.