Afro

Premier cycle du cinéma Afro Motete

Par Charles, le octobre 26, 2020 - Afro, musique
Premier cycle du cinéma Afro Motete

Le cinéma peut fonctionner comme un outil de transformation culturelle et sociale. Posée comme une forme d’expression indépendante, elle parvient à franchir les frontières ethniques, géographiques, politiques, culturelles et sociales, ouvrant de nouvelles voies, de nouvelles vues, réflexions et conversations.

Ceci est clair pour le Motete Educational and Cultural Corporation, une organisation Chocó à but non lucratif dédiée, depuis 2016, à promouvoir la pensée critique et autonome de la lecture, de l’écriture, de la culture et des arts en général.

Dans le cadre de leurs activités, ils ont décidé d’organiser la première édition du Motet cinématographique: une série de films afro-colombiens qui, depuis jeudi 22 octobre dernier, est hébergée numériquement sur la plateforme Mowies. Cette fois, le thème est «Égalité et diversité», avec neuf œuvres de formats différents qui rompent avec le récit traditionnel pour montrer des vues croisées des peuples afro-colombiens, leurs identités, leurs discours et leurs traditions. La sélection est la suivante:

Documentaires biographiques:

  • « Rechercher à l’intérieur »: à propos de Jairo Varela, fondateur de Grupo Niche.
  • « L’homme universel »: à propos du grand écrivain Chocoano Arnoldo Palacios.

Longs métrages:

  • « Keyla »: le premier long métrage réalisé sur l’île de Providencia.
  • « Mélodies Divines »: un bel hommage à la chonta marimba, à la musique et à la sagesse de Chocó.
  • « Polyphonie »: un documentaire émotionnel qui rassemble les voix et les traditions de jeunes et de vieilles femmes du nord du Cauca.

courts métrages

  • «Tumaco»: l’histoire de deux pêcheurs handicapés.
  • « Douce »: un beau portrait de la maternité et de la relation avec la nature sur la côte pacifique de Nariño.
  • « Palenque »: un voyage dans la première ville libre d’Amérique latine.
  • « Courses dans les airs »: la première œuvre du talentueux metteur en scène David Paredes, membre du collectif Puerto Creativo de Buenaventura.

Le motet cinématographique il est présenté comme une opportunité pour le public d’entrer en contact avec de nouvelles histoires qui lui permettent de reconnaître la différence.

Avec le courage d’accéder à l’événement, on cherche également à ce que les cinéastes, protagonistes et communautés monétisent leurs créations et leur assurent un revenu économique qui leur permet de poursuivre leur travail dans le contexte actuel.

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.