Actualité

« Mystery » : une ode au plaisir féminin par LADAMA

Par Charles, le août 6, 2021 — Festival, musique — 6 minutes de lecture
"Mystery" : une ode au plaisir féminin par LADAMA

« Pourquoi ne pas parler du corps si les corps féminins sont tous les jours parlés et critiqués ? Si chaque jour dans les médias nous consommons une avalanche de contenus sexistes et hétéronormés qui nous objectivent pour plaire au patriarcat ». Alors réponds LA DAME expliquant le thème de sa version la plus récente : « Mystère », une chanson qui aborde le plaisir féminin.

Et c’est qu’historiquement, d’un point de vue patriarcal, le sexe a été destiné à satisfaire les hommes, et si l’on remonte des siècles en arrière et que l’on s’appuie sur des dogmes religieux : la seule fonctionnalité du sexe était de procréer. Mais dans les temps anciens, des cultures telles que l’égyptienne et la grecque considéraient le sexe sans tabous, comme une pratique normale, certaines d’entre elles sont même considérées aujourd’hui comme perverses, comme la pédophilie ou la nécrophilie.

Cependant, avec la culture macho, une pensée collective s’est mise en place que le sexe était principalement pour satisfaire les hommes, ceci sans tenir compte des relations non hétéronormatives. Un exemple clair en est la pornographie, qui en plus de valider cette pensée a également créé de fausses attentes concernant l’acte sexuel et le corps des hommes et des femmes, mais la pression est tombée principalement sur cette « perfection » des figures féminines.

« Nous avons été éduqués à faire preuve de complaisance et à être constamment en guerre et en rejet avec notre corps pour ne pas ressembler à ce que la société attend, mais nous modifions cette réalité toxique et porter cette conversation au public est un premier pas », Il dit LA DAME sur « Mystère », une chanson dans laquelle ils ont décidé de réfléchir à ce qui a été décrit ci-dessus et à cette recherche incessante pour autonomiser les femmes et changer cette pensée collective et patriarcale.

Pour le groupement composé de Lara klaus (Brésil), Daniela Serna (La Colombie), Mafer Bandola (Venezuela) et Sara Lucas (États-Unis) parler du désir féminin est agréable, satisfaisant, excitant et en même temps libérateur, c’est une façon de célébrer la diversité des corps, leur exploration de soi et leur complaisance, quelque chose qu’ils voient comme une pratique de soins personnels et de résistance à le même temps.

« Nous voulons montrer nos corps divers et libres. Reconnaître et aimer son corps comme moyen de plaisir est un acte de résistance révolutionnaire. Le plaisir féminin est un sujet qui mérite plus d’espaces de conversation, de réflexion et d’éducation dans la sphère publique « , explique le groupe qui promeut « Mystère », le deuxième single de son deuxième album Hé femme (2020).

Le clip vidéo a été réalisé par Carte Zoé Et bien qu’au début il ait été difficile de trouver un point commun lorsqu’ils sont tombés sur le travail de Stéphanie (la protagoniste de la vidéo), ils se sont tous sentis identifiés à sa façon de communiquer, de célébrer le corps féminin, son pouvoir d’inspirer les a captivés et ils ont décidé qu’elle serait la figure principale de l’audiovisuel.

« Nous l’avons rencontrée à New York lorsqu’elle a réalisé une séance photo pour nous et depuis, nous avons cliqué. Elle vit dans le Bronx, a des racines dominicaines et en plus de la danse, elle se connecte à tous les arts. Avec émotion nous lui avons présenté la chanson et sa connexion était très naturelle, ce même lien est ce que nous voulons que le public ait avec ce clip vidéo «  dit le groupement.

Au-delà d’un groupe, LADAMA est un collectif, un rassemblement de quatre femmes qui se laissent être, qui ne critiquent pas et qui croient pleinement au pouvoir de se laisser aider à guérir et à transformer, Ensemble, à travers l’art, ils parviennent à transmettre cette façon de penser et d’agir. « Dans ce groupe on s’aime, qui aime s’en soucie ».

Avec leur musique, ils cherchent également à ce que les femmes puissent ressentir la même chose dans leur environnement, aimées, respectées, valorisées et aussi qu’elles valorisent leur réseau d’amour entre amis, ce qui a été fondamental pour les réalisations du groupe jusqu’à présent.

Concernant le panorama du féminisme en Amérique latine, le groupe considère que « Les féminismes transforment Abya yala (nom originel du territoire pour les communautés indigènes) et il nous semble vital de parler au pluriel, puisque la diversité de ces mouvements répond à la même diversité des femmes latines ; noirs, palenqueras, indigènes, paysans, trans, immigrés et prostituées tous unis dans la fraternité. »

Ils célèbrent également des jalons tels que la constitution commune au Chili et l’avortement légal, sûr et gratuit en Argentine, car ce sont des réalisations historiques pour notre continent et aussi pour le monde, puisque ces pays ont porté des questions privées et tabous sur le public.

Concernant la musique et le féminisme, le travail de collectifs comme La patrie, bruyante, femnoise et toute puissante. Ainsi que le travail de María et Daniela (Venezuela et Colombie dans LADAMA), qui ont créé Podcast de puissance Latinica et Totona respectivement, qui sont des plateformes pour continuer à construire des ponts et renforcer les alliances créatives et affectives entre les femmes au sein des écosystèmes musicaux.

« Chaque jour, de plus en plus de gens croient aux féminismes comme réponse aux conflits qui ont historiquement opprimé Abya Yala, de sorte que le panorama que nous voyons a un goût de justice et de justification. »

Leur musique les a emmenés sur des scènes comme TED Talk, ESPN, Telemundo, NBC / Universal, Womex; préparent actuellement une présentation au Le BRIC célèbre le festival de Brooklyn et une tournée en Espagne pour continuer à promouvoir son album Hé femme (2020).

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.