Afro

Mogwai, Tash Sultana, Briela Ojeda et plus | 44musique

Par Charles, le février 22, 2021 - Blues, musique, Pop, R&B, Rock, Soul
Mogwai, Tash Sultana, Briela Ojeda et plus | Radionics

Chaque vendredi nous avons de la nouvelle musique, cette semaine Mogwai il nous conduit à explorer de nouvelles atmosphères sonores; Tash sultane elle a enfin trouvé la paix avec elle-même; Briela Ojeda présente son temple; Je suis emilia est exposé avec un EP et Soul AM et Ruzto ils donnent un nouvel air au hip hop made in Colombie.

Alors que l’amour continue (2021)
par Mogwai

Bruit, post rock …? De quoi Mogwai C’est quelque chose qui va au-delà du classement de sa proposition musicale dans certains genres, ce que fait le groupe suit principalement les émotions de ses membres, son objectif principal est d’exprimer ce qu’ils ressentent. Il cherche également à offrir à l’auditeur un mélange d’atmosphères, de couches, un voyage sonore plein d’espoir, quelque chose que seul un groupe avec la trajectoire de Mogwai pourrait faire.

Le groupe écossais qui a présenté son premier single il y a 25 ans, sort son dixième album avec 11 chansons produites -à distance- par Dave Fridmann, qui a collaboré avec le groupe dans d’autres productions telles que «Action rock» (2001) et « Le soleil de tous les pays » (2017). Le nouvel album du groupe est devenu un moyen de disperser l’esprit de 2020 chaotique.

Dans la première partie de « Alors que l’amour continue » (2021) nous trouvons l’essence de Mogwai, ces sons qui ont marqué sa proposition musicale, mais au fur et à mesure de la progression de l’album une évolution est évidente, avec des morceaux un peu plus rapides, où les riffs sont les principaux protagonistes, tout comme les synthétiseurs, que nous trouvons dans cet album plus marqués.

Pour Mogwai, les rois du maelström sonore, c’est un album chaleureux, l’un des plus amusants à enregistrer de sa carrière musicale. Il a également la participation d’Atticus Ross (« Minuit flit ») et Colin Stetson (« Pat taches »).


Terra Firma (2021)
par Tash Sultana

Le deuxième album de Tash sultane Il est déjà ici! L’Australienne présente un nouvel album, dans lequel elle confirme, une fois de plus, son authenticité et son talent lors de la composition et de l’interprétation du concept sonore de «Terra Firma» (2021), il faut aussi rappeler qu’elle est capable de jouer sur plus de 10 instruments en chantant, et même en beatboxing.

L’album est le reflet de ce qui se passe actuellement dans la vie de Tash sultanequi a enfin trouvé la paix avec elle-même, «J’ai réalisé ce que je suis. Je ne cherche plus [más] à cette personne «  a-t-il affirmé dans une interview avec The Guardian. « Terra Firma » (2021) est le résultat d’un processus de connaissance de soi, de recherche de cette sécurité en tant que personne et de réflexion sur le besoin de trouver quelqu’un d’autre pour se sentir complet.

Parmi la danse, la mélancolie, le blues, la soul, le folk, le R&B et la pop, il présente 14 chansons qui montrent également une évolution dans son son, on retrouve ici des guitares acoustiques et électriques, et des éléments de musique électronique comme les synthétiseurs. C’est un disque dans lequel Tash sultane explorez l’amour à travers différentes facettes.

Il a également collaboré avec Matt Corby dans le processus créatif d’enregistrement, Dann hume faisait partie d’une session d’écriture de chansons de 10 jours qui a donné à l’artiste une perspective plus large, tout en John Cashman et Jerome Farah ils ont collaboré sur l’aspect instrumental de l’album.


Temple de Komodo (2021)
par Briela Ojeda

L’auteure-compositrice-interprète colombienne présente son premier album, un album introspectif, né de la réflexion, de la spiritualité et de ces conversations aussi réelles que fictives que Briela Ojeda avait avec elle-même. En huit chansons, il présente cet univers lyrique, onirique et sonore qui fait partie de son temple.

Dans cet album l’artiste explore la transe, le mysticisme, l’intimité, la perception et la reconstruction de la réalité vers le calme, sa construction a été faite à partir d’éléments imaginés, choisis par Ojeda Dans son jeu de vision du monde, c’est une perception de la vie que l’artiste souhaite partager avec ceux qui l’écoutent, en exposant ses symboles et analogies.

« Temple de Komodo » (2021) est un album qui transmet le calme, en plus des paroles, grâce à ses mélodies intimes, principalement composées d’une guitare et de la voix puissante de Briela Ojeda. Le titre de l’album fait référence à un espace de connaissance, c’est le rapport à soi-même, il est également inspiré du dragon de Komodo, un reptile serein et lent, qui n’a aucune concurrence dans son milieu naturel.

« Un voyage calme mais inconfortable, difficile et stimulant, instructif mais doux », c’est ainsi que se décrit cet album sorti sous le label Incorrect et a eu la collaboration de Lalo Cortés et Santiago Navas, tandis que le design visuel était en charge de Nefazta et son bureau d’étude mystique.


Exposé [EP] (2021)
par Soy Emilia

Deux ans après la sortie de son premier long métrage, l’artiste colombienne Je suis emilia Il a travaillé pour donner une différence à sa proposition musicale, du son, de la composition et de l’art. Après « Fait maison – Versions amicales » (2021), un album qui s’inscrit parfaitement dans la quarantaine, revient avec « Exposé » (2021), un EP de quatre chansons qui montre sa nouvelle facette.

« Nous irons bien jusqu’à la fin » prie, je suis Emilia « Être bien », l’une des chansons qui fait partie de « Exposé » (2021) qui, comme son nom l’indique, est né honnêtement d’un besoin de communiquer et d’exprimer tous ces sentiments et expériences qui ont récemment fait partie de la vie de l’artiste.

Entre ballades pop et guitares acoustiques – jouées par Mitú – se développe cet EP, dans lequel on retrouve également une reprise de « Putain », chanson originale de Babasonics. La production était en charge de Julian Bernal et le mélange était fait Alex Valero.


Mangrove (2021)
par Soul Am et Ruzto

De la musique au cinéma! L’union des rimes, de la nature, de la ville et des rythmes a abouti à « Mangrove » (2021), un album réalisé par Soul AM Oui Ruzto, qui a travaillé plus d’un an sur son concept et son son, et tous deux voulaient créer une pièce audiovisuelle différente, ils ont donc contacté Juan Gordon, qui a écrit un scénario basé sur les neuf chansons de l’album.

En seulement 22 minutes Soul AM Oui Ruzto a réussi à donner un nouvel air au hip hop made in Colombie, cette essence a été capturée par Gordon en « Mangrove », le film inspiré de l’album, qui raconte les histoires de quatre personnages qui résident à Necoclí, Antioquia, une municipalité qui a été touchée par la violence dans ce pays; cependant, ses habitants se lèvent encore dans l’espoir d’en faire un endroit meilleur.

Une fois le script prêt, Soul AM, Ruzto et Juan Gordon ils ont voyagé à Necoclí, là à côté de Sofia Escobar, un producteur de terrain, a recherché les lieux et les acteurs qui allaient faire partie de cette œuvre audiovisuelle, qui a été enregistrée en pleine pandémie en 2020.

« Couvre feu », le premier single connu de cet album s’inspire de l’expérience de Ruzto avec sa femme pendant la Grève nationale du 22 novembre 2019, l’artiste a capturé ici l’indifférence et le manque d’opportunités qui existent en Colombie, ainsi que la violence qui s’est déchaînée à partir de ce jour et certaines situations qui n’ont pas encore été pleinement élucidées.

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.