Jazz

Mining Metal: Beyond Grace, Blames God, Centenary, Defacement, Formless Body, Replicant, Succumb, Wraith

Par Charles, le septembre 30, 2021 — Jazz, Metal, musique, Punk — 10 minutes de lecture
Mining Metal: Beyond Grace, Blames God, Centenary, Defacement, Formless Body, Replicant, Succumb, Wraith

Mining Metal est une chronique mensuelle des auteurs de Heavy Consequence Joseph Schafer et Langdon Hickman. L’accent est mis sur la nouvelle musique remarquable émergeant de la scène métal non traditionnelle, mettant en évidence les sorties de petits labels indépendants – ou même les sorties d’actes non signés.

Le métal est éternel. Alors que sa popularité va et vient dans le macro, ses genres dans le micro persistent. Un sous-genre peut connaître un regain de popularité bien après que ses ancêtres soient devenus des hommes d’État plus âgés – le thrash a de nouveau explosé bien après son apogée du milieu des années 80 au début des années 2000, par exemple. Même de minuscules représentations d’un genre peuvent persister après la métamorphose de ses innovateurs. Par exemple, Carcass a sorti un nouvel album ce mois-ci, un album qui ne ressemble en rien à la permutation grindcore du groupe de leurs deux premiers albums. Pendant ce temps, un groupe japonais appelé Pharmacist est sur le point de sortir un disque qui est un clone presque parfait de ce premier son de Carcass.

J’en parle parce que la sélection Mining Metal de ce mois-ci contient pratiquement tous les disques de death metal. Normalement, on essaie de diversifier nos choix, mais rassurez-vous, amis du métal traditionnel, nous vous avons le mois prochain.

Que nous ayons choisi autant de disques de ce style n’est pas surprenant – nous aimons tous les deux le death metal sans réserve. Le fait que nous ayons choisi individuellement autant de disques de death metal en 2021 est cependant légèrement surprenant. Ces renouveaux de genre ont tendance à ne pas durer trop longtemps – le renouveau du thrash a principalement reculé en 2012, moins d’une décennie après celui de Municipal Waste. Mutation dangereuse chuté. Il y a deux ans, quand Blood Incantation sortait Histoires cachées de la race humaine (Wow, est-ce que ça fait vraiment si longtemps ? C’est le cas !), Je m’attendais à ce que le renouveau du death metal à l’ancienne perde de sa popularité. L’histoire a prouvé que cette hypothèse était fausse. Prenez ça, HP Lovecraft – ce sont des éons étranges, mais la mort n’est pas morte. –Joseph Schafer

Au-delà de la grâce – Notre Royaume Défait

Avant cette critique, quelques mots de divulgation : Andy Walmsley, chanteur des iconoclastes britanniques de death metal moderne Beyond Grace est un ami. Ça veut dire deux choses : d’abord, que je suis prédisposé à aimer Notre Royaume Défait, même s’il est un peu plus soigné et numérique que je ne le préfère. Mais deuxièmement, je suis prédisposé à ne pas aimer ça, parce que je l’écoute parler de ce foutu truc depuis leur dernier album, Chercheurs, est sorti en 2017, à tel point en fait que j’étais convaincu que Beyond Grace ne pouvait rien faire pour me surprendre. Une écoute de la chanson-titre de 12 minutes m’a prouvé le contraire. Les camarades de groupe de Walmsley ne manquent pas d’idées dans ces chansons qui, sous leur surface chromée, doivent beaucoup à la soupe primordiale crasseuse qui a engendré des groupes comme Dawn of Possession. En d’autres termes, c’est un équilibre presque parfait entre l’ancien et le nouveau à une époque où ces deux impulsions se sentent la plupart du temps mutuellement exclusives – quoi de plus progressif que cela ? Achetez-le sur Bandcamp. – Joseph Schafer

Blâme Dieu – Altération des Saints Restes

J’ai déjà été poétique, mais je vous le rappelle encore une fois : le death metal est la plus grande musique produite sur cette terre. Que Dieu le comprenne, livrant une approche du genre qui mélange dans des mesures même des passages légèrement techniques, des sections de trémolo noircies, les monstruosités bestiales sumériennes / sataniques des premiers Morbid Angel et de leur progéniture, puis juste un baiser de la fin cosmique du genre avec des solos de guitare réverbérés. Le mix ici est un rêve, un peu comme le record du tueur Dungeon Serpent de cette année, donnant de l’espace aux instruments pour la lisibilité tout en gardant suffisamment de grain dans les tons et dans le mix pour ne pas donner l’impression que cela ressemble à une affaire stérile. Normalement, je suis grognon à propos des batteries échantillonnées ; appelez ça l’auditeur de jazz en moi si vous voulez. Mais ceux-ci sont placés juste au bon endroit pour masquer la propreté clinique tout en vous donnant le coup de poing précis dont vous avez besoin pour des passages plus rapides comme celui-ci. Que Dieu vous bénisse Chili et que Dieu vous bénisse le death metal, la musique la plus parfaite. Achetez-le sur Bandcamp. –Langdon Hickman

Centenaire – La mort… la dernière frontière

Comme cela a été bien documenté dans cette chronique à plusieurs reprises, j’aime un bon album de death metal à la tronçonneuse, et sur ce front, Centenary livre. Leur deuxième album, La mort… la dernière frontière a toutes les qualités de la pédale HM-2 que l’on peut attendre, disons, de Bloodbath circa Résurrection par le carnage, vous seriez donc pardonné de penser qu’ils viennent de Suède. Mais non, le centenaire vient de là autre péninsule très boisée et entourée de trois côtés par l’eau, Michigan. Aussi fidèle qu’il soit aux OG scandinaves, Centenary a un facteur X que leurs influences évidentes n’ont pas – le chanteur Stewart St. Cummings, qui délivre non seulement la râpe de cimetière préalable, mais aussi une voix plus propre et rance plus adaptée à une tenue de thrash croisée, et son attitude dans les deux vitesses applique un grand sourire sur mon visage. Achetez-le sur Bandcamp. –Joseph Schafer

Dégradation – Dégradation

Certains groupes utilisent le death metal pour explorer les contrées sauvages extérieures, d’autres l’utilisent comme un passage vers les royaumes obscènes de Satan, et des groupes comme Defacement l’utilisent comme un moyen d’auto-éradication caustique. C’est un magnifique écrin pour l’imaginaire pur du heavy metal, où la pochette correspond parfaitement au contenu du disque. Le deuxième album éponyme de Defacement donne l’impression d’être immergé dans un bain d’acide sur tout le corps, une forte dose de psilocybine réduisant votre cerveau en fractales alors que vos terminaisons nerveuses sont mangées et corrodées à néant. Il y a des approches compositionnelles nobles enterrées ici, des fioritures techniques et progressives et avant-gardistes indiquant que ces joueurs et écrivains ne sont pas en reste, mais ils sont tous orientés vers un désir singulier de vous faire fondre. C’est un truc intense, bien plus menaçant et effrayant que la plupart des approches du black metal brut à Satan. C’est le son du tir final des synapses avant la dernière statique vouée à la mort. Achetez-le sur Bandcamp. –Langdon Hickman

Corps sans forme – Faire passer le fil

Il y a eu un âge d’or à la fin des années 90 et au début des années 2000 du black metal et du grindcore influencés par le cyberpunk, des trucs qui ressemblaient à la réponse métal extrême à Neon Genesis Evangelion et Serial Experiments Lain. Formless Body arrive dans le monde post-liturgique du black metal expérimental avec un disque qui ressemble à l’esprit de cette vieille vague de black metal cybernétique mais maintenant influencé par la vaporwave au lieu de l’industriel, comblant le fossé entre le black metal pixelisé numérique de la liturgie et Fire- Toolz fusionnant ordinateur psychédélique extrême prog/electronica. Le heavy metal est inextricablement lié à l’occultisme et Formless Body ramène la ruée hypercuboïde dissociative post-Internet à la musique extrême. Vous pouvez pratiquement voir les polygones brillants et les surfaces incurvées mal texturées, les dauphins chromés dans les eaux nacrées. C’est ce qui rend le métro si excitant. Achetez-le sur Bandcamp. –Langdon Hickman

Réplicant – Réalité maligne

Les Gorguts, ces grands génies du death metal, n’ont pas tellement mis l’accent sur la dissonance dans la composition du death metal (ce serait Morbid Angel), mais ils ont amélioré l’ampleur que nous accepterions. Il revient ensuite à des groupes comme Replicant de combler l’espace entre des groupes comme Blames God et ces ailes plus explicitement avant-gardistes, produisant une musique qui utilise toutes ces techniques étendues mais dans un espace plus orienté groove. C’est un truc magique, aussi susceptible d’élargir votre esprit à une écoute attentive que de l’écraser contre la paroi de votre crâne dans la fosse. Il y a un peu de tout ici, quelque chose de death metal qui s’équilibre assez bien dans l’ensemble, avec de beaux et spacieux passages progressifs plongeant directement dans la féroce statique assourdie de travées plus brutales et noise-driven. Achetez-le sur Bandcamp. –Langdon Hickman

Succomber – XXI

Si Centenary ci-dessus, ou vraiment et des choix de death metal de Langdon vous a semblé, cher lecteur, un peu trop sonore ou agréable, je vous recommande de cliquer sur « play » sur XXI, le deuxième album de Succumb. Ce quatuor de San Francisco joue la catégorie la plus dissonante et chaotique de son morbide, sans aucune des lourdeurs intellectualisation que vous pourriez trouver sur un acte similaire comme, disons, Portal. Peu importe à quel point le riff est technique ou adroit, le guitariste Derek Webster et le bassiste Kirk Spaseff n’oublient jamais d’enraciner leur jeu dans la bonté punk et croustillante, qui maintient les choses cinétiques pendant l’intégralité des 30 minutes remarquablement écoutables du disque. Les rugissements inhumains à la limite de la chanteuse Cheri Musrasrik imprègnent ces huit chansons d’une sensibilité folle que la plupart des groupes comme celui-ci n’atteignent jamais. Achetez-le sur Bandcamp. –Joseph Schafer

Spectre – Défaire les chaînes

Enfin, quelque chose dans cette rubrique qui n’est pas un mur absolu de death metal, le genre, bien que la musique de Wraith me donne envie de mur de la mort, comme dans le mouvement mosh-pit. Chaque chanson de leur deuxième album, Défaire les chaînes, me fait penser à plusieurs choses : bottes Dock Marten, ceintures pare-balles, canettes de bière de 24 onces liquides (lager, probablement, bien que le swill soit si bon marché que vous ne pouvez pas vraiment lui donner un style, mais vous connaissez l’odeur). Ce sont les objets fétichistes qui unissent les métalleux du monde entier, c’est le langage matériel que nous partageons, tel que nous l’a légué Motörhead et plus de 45 ans (sérieusement !) d’imitateurs et de passionnés. Ils sont sacrés. Tout groupe qui peut les invoquer a mon approbation immédiate jusqu’à ce qu’ils la perdent. Et pour 12 chansons et un peu plus d’une demi-heure de riffs, Wraith ne perd jamais cette approbation. En fait, sur des chansons comme « Dominator » et « Bite Back », ils regagnent cette approbation encore et encore. Achetez-le sur Bandcamp. – Joseph Schafer

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.