Disco

Mining Metal: Alchemy of Flesh, Diskord, Filth Is Eternal, Hooded Menace, Oxygen Destroyer, Qrixkuor, Sculpté, Wormwitch

Par Charles, le août 26, 2021 — Blues, Disco, Hard rock, Metal, musique, Rock — 12 minutes de lecture
Mining Metal: Alchemy of Flesh, Diskord, Filth Is Eternal, Hooded Menace, Oxygen Destroyer, Qrixkuor, Sculpté, Wormwitch

Mining Metal est une chronique mensuelle des auteurs de Heavy Consequence Joseph Schafer et Langdon Hickman. L’accent est mis sur la nouvelle musique remarquable émergeant de la scène métal non traditionnelle, mettant en évidence les sorties de petits labels indépendants – ou même les sorties d’actes non signés.

J’avais espéré en avoir fini avec les nécrologies pendant un certain temps après le doublé du mois dernier de Mike Howe de Metal Church et de Joey Jordison de Slipknot. Pas de chance.

Au moment où j’écris ces lignes, le monde du métal a appris qu’Eric Wagner, chanteur de The Skull et ancien chanteur de Trouble, était décédé des suites de complications liées à COVID-19. Il avait 62 ans.

Wagner avait une voix singulière et une approche lyrique. Il a utilisé son registre supérieur gazouillant sans excuses, canalisant les tons rugueux sur les bords popularisés par Ozzy Osborne mais frappant des notes plus dignes de Rob Halford. Il est difficile d’imaginer un autre chanteur livrant la musique de Trouble et capturant la même magie que Wagner.

Cette même voix a attiré l’attention du légendaire producteur Rick Rubin, qui a aidé le groupe à créer son quatrième album éponyme et l’a sorti sur Def American Records. Le groupe a rejoint Slayer et Danzig sur ce label, mais n’a pas atteint la popularité de ces groupes, même si les pressages de cet album se vendent toujours à des montants gonflés massivement sur Discogs. Le grand public a raté le coche avec Trouble – leur cinquième album, Manic Frustration de 1992, est un tour de force de hard rock psychédélique et blues qui aurait pu bien plaire aux amateurs d’Alice in Chains ou de Soundgarden si seulement ces fans de grunge avaient été exposés. à cela.

S’ils y avaient été exposés, ils auraient pu reculer et découvrir de plus grands trésors. Les deux premiers disques de Trouble, leur éponyme original (plus souvent appelé « Psaume 9 ») et The Skull se classent dans l’échelon supérieur des enregistrements de doom metal américains, qui ont fidèlement recréé le son classique de Sabbathian tout en le rendant plus sombre et plus territoire dramatique.

C’est fidèlement le point d’achoppement, là. L’éducation catholique de Wagner a influencé ses paroles, ce qui a incité Metal Blade Records à commercialiser le groupe sous le nom de « white metal », une alternative chrétienne au black metal norvégien ultra-satanique qui dominait l’underground quand Trouble aurait dû décoller sur Def American . Le surnom n’a jamais vraiment capturé la poétique introspective de Wagner et a fait plus de mal que de bien – les navigateurs de catalogue lisaient « métal blanc » comme « pain blanc » et ont laissé passer des heures d’écriture de chansons indélébiles.

Du métal jusqu’à l’os, Wagner n’a jamais abandonné les riffs, et a collaboré avec Dave Grohl sur son légendaire album Probot avant de se séparer de Trouble et de lancer The Skull, un groupe qui a surtout joué du matériel de Trouble mais dont les deux albums et un EP sont excellents (ça vaut notant que je pense que l’album 2013 de Trouble sans Wagner est également assez bon).

J’ai sauté de voir The Skull au moins trois fois. J’ai juste continué à supposer qu’ils seraient de retour. C’était mon erreur, et je le regretterai. Mais c’est un autre rappel puissant de saisir toutes les occasions possibles pour profiter du métal précieux pendant que ses créateurs sont encore avec nous. – Joseph Schafer

Alchimie de la chair – Abominations sans âge

Pure adoration de l’Ange Morbide, tout comme le bon Dieu nous le demande. Il y a des rumeurs pernicieuses mais fausses selon lesquelles des albums autres que Covenant et Domination sont les meilleurs de la discographie légendaire de Morbid Angel, mais le cerveau derrière le groupe solo Alchemy of Flesh connaît la vérité du mensonge et poursuit donc ce chemin le plus droit de l’esprit progressiste mais toujours profondément foutu dans le heavy metal. Abominations sans âge n’est pas un disque visant à réinventer la roue et, heureusement, le death metal se prête à ces poursuites ; dans ce genre profondément itératif, retrouver fidèlement la puissance et la verve des créateurs est plus que suffisant, et bon sang cela gratte-t-il jamais une démangeaison profonde. Le père Azagthoth serait fier. Achetez-le sur Bandcamp. – Langdon Hickman

Diskord – Dégénérescences

Tout comme les débuts choquants et superlatifs d’Atvm du début de l’année, Diskord arrive avec un disque de death metal qui donne l’impression que tout peut arriver. Un instant, il y a un rythme disco ; une autre basse slap ; un troisième, un plan de Oui filtré par la fenêtre de Satan. Le fil conducteur est la forme post-psychédélique aux yeux fous du death metal poussé ces dernières années par des groupes tels que Bedsore, Morbus Chron et Sweven, bien que se penchant vers le côté plus sauvage et excitable de ces groupes plutôt que vers le côté purement capiteux. Non pas que Diskord ne sache pas comment satisfaire le côté plus cérébral, remarquez, juste qu’ils ne laissent jamais leurs intérêts progressistes et avant-gardistes obscurcir la franchise et l’énergie de leur matériel. Ce qui vient est Dégénérescences, un disque aussi susceptible de vous faire claquer la tête que de le gratter, déroutant de toutes les bonnes manières face à des riffs à vous arracher la peau. C’est la magie du death metal à son meilleur, la raison pour laquelle c’est ma musique préférée dans le monde entier. Achetez-le sur Bandcamp. – Langdon Hickman

La saleté est éternelle – L’amour est un mensonge La saleté est éternelle

L’amour est un mensonge, la saleté est éternelle, est mieux compris comme un deuxième album, bien que ce ne soit pas le cas. Ce quatuor de hardcore métallique bruyant Filth Is Eternal rode dans le nord-ouest du Pacifique depuis près d’une demi-décennie sous le surnom provocateur F ** ked and Bound (leur seul LP par cette tuile, suffrage, est un incontournable) et de nombreux musiciens sont également des joueurs chevronnés – le guitariste Brian McClelland et la chanteuse Lisa Mungo ont également joué dans les psychonautes post-métal He Whose Ox is Gored, et le bassiste Rah Davis a déjà tourné avec Cattle Decapitation. Leur deuxième long métrage ensemble est un bombardement continu de vingt minutes de hardcore au vitriol dans la veine de Negative Approach ou Poison Idea livré avec des sons de death metal à la tronçonneuse. La performance exceptionnelle appartient à Mungo, qui livre des paroles pointues à travers un grognement menaçant mais intelligible qui serpente entre des caractérisations sardoniques et carrément sadiques. C’est le genre d’expérience plus que digne d’un mosh pit, mais susceptible de s’attarder dans la mémoire de l’auditeur longtemps après que la bande proverbiale soit épuisée. Achetez-le sur Bandcamp. – Joseph Schafer

Menace à capuchon – La cloche du Tritonus

La menace à capuchon de la Finlande est à la limite trop grande pour cette chronique. Ils sont les porte-drapeaux de la mort aux mille lacs depuis leur formation en 2007. Le guitariste et chef de groupe Lasse Pyykö a même envoyé des riffs pourris dans les vieux marchands de la mort Phlegethon à partir de 1988. Après 33 ans et trop de sorties pour compter, on pourrait penser que Pyykö pourrait être à court d’idées de qualité, mais ce n’est pas le cas. Son dernier, La cloche du Tritonus, est l’un de ses meilleurs, en partie grâce à un petit afflux de mélodies métalliques traditionnelles et à une augmentation globale des tempos. Ne vous y trompez pas, Hooded Menace se déplace toujours au pas, la plupart du temps, mais quelques rouleaux de contrebasse à la Bolt Thrower offrent un peu plus d’adrénaline que ce à quoi on s’attend de ces chiens d’horreur. Achetez-le sur Bandcamp. – Joseph Schafer

Destructeur d’oxygène – Des monstruosités sinistres engendrées par l’ignorance insondable de l’humanité

Clôturant le quatuor de death metal de ce mois-ci, la musique la plus parfaite du seigneur, est un disque qui explore l’aile la plus thrash et rythmée du genre. Oxygen Destroyer, comme Slugdge avant eux, adopte un cadre conceptuel peut-être fantaisiste pour sa musique, ici basé sur le cinéma kaiju (le nom lui-même est un clin d’œil à Godzilla), mais prend les choses suffisamment au sérieux pour que l’œuvre transcende le concept. Ne vous inquiétez pas si ce n’est pas sincère; cinéma kaiju, death metal et thrash sont unifiés dans le groupe par l’envie singulière de fouetter le cul, comme Van Halen était le centre de l’univers et ces notions ne sont que des rayons sur le volant. Si les disques précédents de ce mois-ci exploraient les différentes facettes cérébrales et chargées de suintement du death metal, alors c’est le sang et le plaisir. Dieu que j’aime le death metal. Achetez-le sur Bandcamp. – Langdon Hickman

Qrixkuor – Poison Palinopsia

Leurs débuts après une série de démos délicieusement déroutantes et ambitieuses et un EP, Palinopsie empoisonnée, fait suite à la tendance de Qrixkuor à produire des séquences de plus de 10 minutes de death metal trouble et assez bestial post Portal avec des formes désormais gonflées. Le disque contient deux compositions de 24 minutes, à l’intérieur desquelles vous pouvez probablement séparer un certain nombre de chansons plus petites étant donné la structure des morceaux. Qu’il s’agisse de véritables pièces de forme longue ou de compositions ressemblant davantage à des suites n’est pas la question ; la structure sert à effacer ces inquiétudes, à laisser le disque se transformer en un nuage de tumeurs, des polypes tendrilites à la dérive dans l’ylem de l’univers pré-cosmique. Le black et le doom metal ont tendance à coloniser le sentiment de cosmisme du métal, mais Qrixkuor s’en empare dans la glossolalie et les riffs comme la pluie acide. Achetez-le sur Bandcamp. – Langdon Hickman

Sculpté – La Phase Liminale

Sculptured n’est pas un nom familier (enfin, ils sont dans ma maison, mais je m’éloigne du sujet), mais de nombreux lecteurs de Mining Metal reconnaîtront quelques-uns de leurs membres. Le guitariste et auteur-compositeur Donald Anderson ainsi que le bassiste Jason Walton ont joué dans le groupe de black metal bien-aimé Agalloch, ainsi que dans le suivi de ce groupe, Khorada. Sculpté est antérieur à l’époque d’Anderson à Agalloch, et a déjà trois longueurs complètes de charmante musique indie mélodique et proggy. Leur plus récent et premier en 13 ans, La phase liminaire, offre l’expression la plus luxuriante et la plus sophistiquée de leur son à ce jour – cinq pistes étendues de mélodies à double guitare complexes et de chants songeurs soutenus par des choeurs presque choraux. Les fans de l’interaction vocale utilisée par Ludicra et Ails trouveront beaucoup à aimer ici, tout comme les fans de l’unique partenaire de Sculptured sur BMG, Alice in Chains. Comment exactement Anderson et Walton ont fini par partager un logo avec Jerry Cantrell est un mystère pour moi (je plaisante, c’est parce qu’Agalloch était avec l’ancien sous-label de BMG The End Records mais je m’éloigne du sujet) mais c’est encourageant de voir un tel projet maison revenir en action dans une compagnie aussi estimée. Achetez-le au groupe.

Wormwitch – Loup Hex

Le mois dernier, dans cette chronique, j’ai écrit sur les germes d’un renouveau du métal extrême mélodique, un plus rude et tapageur que les offres souvent chromées qui ont fait des stars des tournées internationales In Flames et Dark Tranquility. Le groupe qui a commencé à susciter cette discussion était Dungeon Serpent – ​​mais si je suis honnête, j’ai plus écouté Wormwitch et leur nouvel album Wolf Hex depuis lors. Ces Victoriens ont déjà quelques victoires à leur actif – leur record de 2019 Heaven that Dwells Within était assez magnifique, mais beaucoup plus magistral que son suivi. Le twang folklorique et l’atmosphère glaciale de leurs premiers efforts deviennent toujours bizarres Loup Hex, mais la plupart du temps, ce meunier est tout simplement méchant. Des chansons comme « Hammer of the Underworld » et l’incroyable « Canadian Denim Mountain Attack » sont pugilistiques à l’extrême ; on dirait que le groupe pourrait sauter des haut-parleurs de votre ordinateur portable, prendre un verre de whisky avec vous puis vous casser le nez. L’attitude de Wormwitch est suffisamment agressive pour laisser une marque distincte sur leur plus proche, une reprise de « Hit the Lights » de Metallica. Achetez-le sur Bandcamp.– Joseph Schafer

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.