Métal

Mining Metal: Against Evil, Dordeduh, Canvas Solaris, Ghastly, Jute Gyte, Noctule, Terminalist, T-Tops

Par Charles, le mai 27, 2021 — Concert, Metal, musique, Punk, Rock — 11 minutes de lecture
Mining Metal: Against Evil, Dordeduh, Canvas Solaris, Ghastly, Jute Gyte, Noctule, Terminalist, T-Tops

Mining Metal est une chronique mensuelle des écrivains de Heavy Consequence Joseph Schafer et Langdon Hickman. L’accent est mis sur la nouvelle musique remarquable émergeant de la scène métal non traditionnelle, mettant en évidence les sorties de petits labels indépendants – ou même les sorties d’actes non signés.

Bien que cette chronique traite de la musique enregistrée avant tout, le métal est pour moi une forme d’art en direct. Ce que je veux de la musique, c’est la montée d’adrénaline de la fosse circulaire, la camaraderie de crier le long du crochet et l’expérience hors du corps qui ne vient que lorsque votre torse est pulvérisé par une guitare déformée à haut volume. Malgré la première édition encadrée Marionnettiste vinyle accroché dans mon bureau, le concert est l’endroit où l’action est dans mon cœur.

En tant que tel, l’année écoulée et plus a représenté un véritable défi pour moi, en tant que fan et aussi en tant que personne. Les spectacles, et les festivals en particulier, ont été la pierre angulaire de ma vie sociale pendant toute ma vie d’adulte. En ce moment, mon fil Facebook regorge de souvenirs de différentes éditions de Marlyand Deathfest, et chaque fois que je frappe retour, une petite voix dans ma tête me dit: «Vous devriez voir Dismember avec vos amis en ce moment!»

Compte tenu de cela, vous penseriez que je saliverais à la nouvelle de divers festivals 2021 aux États-Unis qui ont été annoncés ces dernières semaines. D’une manière ou d’une autre, je ne peux pas susciter un enthousiasme total, même si beaucoup de ces annonces semblent vraiment – vraiment! – frais. Metallica joue deux sets chacun à Louder than Life, Aftershock et Welcome to Rockville! Psycho Las Vegas a gardé les têtes d’affiche prévues pour 2020 Emperor! Deadguy est réuni au Decibel Metal and Beer Fest!

Le problème pour moi n’est pas totalement la pandémie de COVID-19, bien que cela reste certainement un facteur important. J’ai mes deux doses de vaccin, même si l’idée de continuer à propager la maladie à mes amis immunodéprimés reste terrifiante. Mais laissons cela de côté une seconde, au profit d’une autre pensée…

Après tout ce temps à réajuster mon amour de la musique pour en faire une expérience solitaire et privée plutôt qu’une expérience publique et communautaire, à quel point sera-t-il facile de revenir à un spectacle de rock et de se sentir bien? Pas bon comme dans ‘ok’ mais bon dans vos os, dans la partie la plus profonde de vous-même.

Je ne sais pas.

Une partie de moi pense qu’après plus d’un an dans mon bureau à domicile, j’ai oublié les règles de la fosse, sans parler de la cadence d’une conversation normale avec un être humain (dans une pièce pleine de bruit à haute fréquence, pas moins). Cette partie de moi craint que réapprendre ces rituels ne soit plus lent que je ne le souhaiterais. Maladroit. Douloureux même. Une partie de moi se demande si les premières émissions ne ressembleront pas à de la thérapie physique plutôt qu’à du plaisir.

Là encore, une partie de moi pense que je ne me sentirai pas bien dans mes os tant que je n’aurai pas rattrapé les plongeurs de scène avec les gens que j’aime. Pour cette partie de moi, août ne peut pas venir assez tôt. Jusque-là, il y a encore de la musique nouvelle et excitante à écouter pendant que je me lève le courage de sortir. – Joseph Schafer

Contre le mal – Fin de la ligne

Je sais ce que tu penses. Contre le mal? C’est la colonne des métaux lourds – le mal n’est-il pas ce que nous visons? Eh bien, les maîtres de riff classiques de Black Sabbath à Helloween ont fait de la bonté fondue tout en essayant de se battre pour ce qui est juste, et cette tenue indienne se situe parfaitement entre ces deux actes (ère Dio et Michael Kiske, respectivement) sans sembler dérivée de l’un ou l’autre. Ceux qui recherchent l’extrémité et la vitesse ne trouveront pas grand-chose à accrocher dans leur dernier, Fin de la ligne (enfin, peut-être que le bien intitulé «Speed ​​Demon» fera tourner certains moteurs) mais ce quatuor sait écrire une chanson. Chacun de leurs huit nouveaux assauts et un réenregistrement entre, délivre un refrain meurtrier et au moins un solo, puis sort avant les cinq minutes. C’est comme s’ils visaient une percée musicale populaire qui n’existe plus aux États-Unis, mais si c’était le cas, ils marqueraient un coup dans la tête. Achetez-le sur Bandcamp. – Joseph Schafer

Dordeduh – Har

Dordeduh, anciennement des cinglés avant-folk / prog black metal Negura Bunget, suit la voie Enslaved et se débarrasse presque entièrement du black metal pour un rock progressif succulent et délicieux. La saveur ici penche vers l’extase spirituelle de Devin Townsend et de l’esclavage mentionné ci-dessus, les mindf ** ks de signature rythmique, souvent au premier plan des affaires élaborées axées sur le groove débordant de lumière. Cette évolution a du sens rétrospectivement et même historiquement, mais, compte tenu de l’écart de neuf ans entre cela et leurs débuts nettement plus black metal, cela reste un choc agréable. Pensez-y comme à Dordeduh Tracé dans l’air où, comme Cynic avant eux, ils cassent la noix de leur travail antérieur et en retirent le beau noyau étincelant qui se cachait toujours là. Une énonciation impressionnante d’une troupe déjà impressionnante. Achetez-le sur Bandcamp. – Langdon Hickman

Toile Solaris – Chromosphère

Canvas Solaris revient après plus d’une décennie d’absence avec un métal progressif instrumental plus époustouflant. L’horloge de leur approche est remontée au point culminant de ce qui était alors connu sous le nom de métal technologique, dirigé par Watchtower, Mekong Delta, Toxik, etc. Il y a rarement une section solo trop longue, souvent la frustration répétée avec la musique progressive, se trompant plutôt pour des riffs complexes et changeants qui donnent l’impression d’être numérisés, démontés et reconstruits comme une machine à insectes hiTekno parfaite. L’intérêt de ce type de métal est moins de rivaliser avec les chœurs anthémiques et la puissance motrice de formes plus directes, mais plutôt un exercice d’imagination spécifique, de nature sauvage du verre et de géométrie stellaire des mathématiques de l’univers. Achetez-le sur Bandcamp. – Langdon Hickman

Épouvantable – Passage Mercurial

Le death metal est, il faut le rappeler, la musique choisie par le seigneur et son peuple. Horrible nous le rappelle en tant que tel avec leur nouveau disque, qui amplifie les fioritures psychédéliques qui, auparavant, étaient des panaches de fumée persistants à leurs débuts et qui ont maintenant soufflé dans des nuages ​​d’opium complets, enduisant les riffs et les voix dans une brume lysergique. Mais Passage Mercurial atterrit plus près de Bedsore de l’année dernière que Sweven, en gardant une délimitation précise des grooves psychédéliques hantés à mi-rythme et des riffs de death metal misérables de slime. Il y a même quelques clins d’œil sur la composition à Immolation au cours de l’album, un nom qui n’a de plus en plus de sens à mesure que vous pensez à leur approche impériale et royale du death metal se mêlant à ce marasme psychique. Le death metal règne en putréfaction et triomphe pour toujours. Achetez-le sur Bandcamp. – Langdon Hickman

Jute Gyte – Mitrealität

Comme l’a noté mon collègue, il est ambigu de savoir si à ce stade il y a plus de fans de Jute Gyte ou si nous devenons simplement plus intenses avec le temps, il semble donc que nous soyons plus nombreux. Quoi qu’il en soit, le travail se poursuit, le dernier disque du fou lui-même étant peut-être le plus dense et le plus extatique à ce jour. C’est le Jute Gyte le plus proche de faire ce qui pourrait être considéré comme une sorte de musique théologique, une musique de Dieu et de la matérialité, se sentant parfois comme une contrepartie anti-lumineuse de la liturgie ou peut-être une inversion satanostellaire du microtonal également affaibli de Victory Over The Sun métal noir. Mitrealität se joue comme une énigme ou peut-être comme un labyrinthe unicursal, un koan, où des éclats de pensée moderniste et postmoderne et des hexagrammes de philosophie se croisent et s’intensifient comme des méditations dans les ténèbres de Dieu. Achetez-le sur Bandcamp. – Langdon Hickman

Noctule – Abîme misérable

Voici une étrange pensée que j’ai eue en écoutant Wretched Abyss, le premier long métrage du groupe de black metal britannique Noctule – putain, Serena Cherry mène une vie plutôt cool. Déjà guitariste et chanteuse de renommée internationale grâce à son long séjour au Svalbard – alors qu’elle ne révise pas les montagnes russes à titre professionnel! – Cherry est aussi, apparemment, une passionnée de jeux vidéo. Les paroles de Noctule sont toutes centrées sur Skyrim, une entrée bien-aimée dans la longue série de jeux de rôle Elder Scrolls. Bien que le jeu soit sorti depuis des années, l’écrivain a commencé à le jouer pour la première fois cette année, et les Darkthrone-isms de Noctule complètent parfaitement le paysage gelé et brûlé par les dragons qui l’a inspiré. Un tel matériel source digne de Penny Arcade pourrait suggérer que Abîme misérable est léger pour un auteur-compositeur normalement émotif, mais loin de là. Le jeu de plomb brûlant de Cherry est l’arme de choix sur cette course solo particulière, et elle a appris à faire crier ses six cordes avec une force implacable. La magie mélodique qu’elle utilise sur «Labyrinthian» est carrément triomphante. Achetez-le sur Bandcamp. – Joseph Schafer

Terminaliste – La grande accélération

Autrefois peut-être le microgène le plus naval du metaldom, le thrash technique semble avoir un peu de mal cette année. C’est peut-être tout ce temps de verrouillage passé à jouer en solo et à faire un balayage, mais des groupes comme Paranorm et Cryptosis sont bien équipés pour donner au vôtre le succès nostalgique qu’il a autrefois obtenu en piratant des albums Toxik et Coroner dans l’ancien dortoir. Ajoutez Terminalist à cette équipe SWAT particulière. Leur plus récent, La grande accélération, peut comporter principalement des voix grognées, mais en dessous, c’est aussi nerveux et fascinant que ces premiers disques de Destruction. Un cadre lyrique de science-fiction hautement conceptuel ajoute de la profondeur, comme le fait quelques bombardements de black metal ici et là (creusez la fin de «Invention of the shipwreck» pour un avant-goût), mais ces éléments sont pratiquement de régur maintenant. L’arme cachée du groupe, ce qui aide ensuite à sortir du peloton, est un son de guitare solo inhabituellement d’un autre monde, qui s’adapte aussi bien sur deux pas ou des battements de souffle, ce qui bien sûr, ils en contiennent beaucoup. Achetez-le sur Bandcamp. – Joseph Schafer

Hauts – Regarder un écran statique

Si je suis honnête, il est un peu exagéré d’appeler les adorateurs du ton de Pittsburgh T-Tops «métal» pour ainsi dire. Bien sûr, leurs médiums brûlants et leur crunch subtil (hey parlons-nous de sons de guitare ou de légumes sautés ici?) Rappellent le meilleur travail de Unsane and Helmet, mais ces groupes n’ont jamais juré beaucoup d’allégeance au denim et / ou au cuir – et ni l’un ni l’autre faire des T-Tops. À savoir, leur plus récent, Regarder un écran statique, se termine par une coque Fleetwood Mac. Cela dit, ce trio de puissance a du punk rock en passant par Motörhead et, plus important encore, les crochets pour correspondre. L’amplitude est l’amplitude et, au final, le métal est une attitude. Ceux qui recherchent un peu de méchanceté Melvins devraient prendre une écoute à la hâte. Achetez-le sur Bandcamp. – Joseph Schafer

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.