Reggae

Manjit, l’alter ego d’Ali Aka Mind, est né

Par Charles, le avril 13, 2021 — Concert, musique, Reggae — 6 minutes de lecture
Manjit, l'alter ego d'Ali Aka Mind, est né

Malgré la pandémie, 2020 a été une année chargée pour Ali Aka Mind, nvous a accompagné dans le Concert de radionique, a présenté plusieurs singles, fait des collaborations, a sorti une mixtape appelée Bombes inédites, Vol 1. Cette année, il s’ouvre avec « Une », chanson qui donne des indices sur ce que sera son neuvième album, et dans laquelle il fait la présentation officielle de Manjit, son alter ego.

Dans 44musique At Home et On Street 44musique On lui parle.

En 2020, il a participé au Concert Radiónica 2020, une édition qui pour la première fois s’est déroulée sans public. Comment était cette expérience?

C’est une sensation étrange. D’une part, heureux d’être invité au concert de Radiónica, d’être dans un endroit aussi incroyable que la Movistar Arena, avec une production aussi cool. D’un autre côté, avec le vide du peuple, avec ce besoin de ressentir les cris, de ressentir la connexion.

Nous pouvons donner des concerts, mais sans les gens, vous ne ressentez pas la sensation d’un spectacle. Bref, c’était une fête incroyable, c’était quelque chose de sympa mais de bizarre.

Cette année, il a également sorti des singles tels que « Paraíso Fiscal » avec Doble Porción, « While » avec le Péruvien Gonzalo Genek, entre autres. Le plus récent était «Versos A La Brisa» avec Afaz Natural. Comment est née l’union avec cet artiste du reggae / hip hop le plus reconnu de Colombie?

Avec Apparence naturelle J’ai eu une très bonne relation pendant de nombreuses années, nous avons partagé des concerts et beaucoup d’espaces créatifs. Nous avions déjà fait « Éternel » en 2014, une collaboration avec Kiño et Mc Kno, mais pas une chanson à la fois. Il m’a dit que si on faisait quelque chose pour son album, il m’en disait l’idée et ça me semblait cool et on est allé de l’avant. Il me semble être un artiste avec une vision cool de la croissance de la musique et qui a aussi beaucoup contribué au hip hop et au reggae ici en Colombie.

« Uno » le premier single de ce que sera ce nouvel album studio, sa neuvième production musicale. Parlons de cette chanson et de Manjit, son alter ego …

«Uno» est un voyage qui commence à peine à apparaître dans la lumière du public mais qui a derrière lui beaucoup de recherches; ce qui vient après la chanson est toute une histoire. L’idée était de savoir la raconter, nous avions une idée très cinématographique en tête et nous voulions la raconter à partir de là.

La vidéo est pleine de symboles, d’idées sur les nombres trois, de nombres neuf. Mon alter ego, appelé Manjit, est une personne qui m’accompagne, c’est comme la voix de ma conscience.

La chanson est accompagnée d’une vidéo très cinématographique, qui l’accompagne dans ce projet audiovisuel?

Le clip de «Uno» et les prochains à sortir sont réalisés par Santiago Díaz Vence, qui pour moi est un grand réalisateur. On avait déjà fait beaucoup de choses, comme la vidéo de «Una Oportunidad» (2013) et aujourd’hui on se remet ensemble et je me retrouve dans une équipe beaucoup plus professionnelle. Alejandro Riaño se produit et le directeur de la photographie est Luis Celedón. Quant à la vidéo, je suis très content.

Comment était-ce de travailler avec Alejandro Riaño?

Alejandro est un artiste que j’admire beaucoup, avant d’avoir une relation avec lui je connaissais déjà son personnage et il me semble que ce qu’il apporte, non seulement dans la comédie mais aussi dans les questions sociales, est très important. Il est l’un des rares artistes à avoir vraiment fait face à beaucoup de situations qui nous concernent tous et en plus de cela j’ai une amitié avec lui, nous avons partagé les marches qui ont eu lieu ici en Colombie depuis qu’il fait partie de la collectif Une chanson pour la Colombie, est l’un des leaders.

Je lui ai raconté ce que nous imaginions, cette histoire que nous racontions, et il a ajouté. Je suis super reconnaissant car il a mis toute son énergie, il était très professionnel, ce qu’il avait à faire, il l’a fait avec tout l’amour et le professionnalisme que la situation exigeait.

Qui a aidé à construire la partie musicale de cette chanson?

Quant à la musique, nous avons travaillé avec Kiko Castro; T-Chord était en charge de la fabrication de la base, du mixage; le mastering était en charge de J Beat. Nous faisons la production et l’enregistrement de l’album ici dans mon studio et je suis très content du résultat, il y a un super combo de personnes qui se sont réunies pour ce projet.

Cette chanson fait partie de son neuvième album studio. Que pouvez-vous nous dire sur cet album à venir?

C’est une histoire qui est basée sur le voyage du héros, qui est une manière qui est utilisée dans le cinéma pour raconter; Après cela vient une collaboration dont j’ai rêvé toute ma vie et dont je suis très heureuse, ce n’est pas seulement une collaboration avec un artiste mais aussi avec un producteur. Nous n’allons pas encore sortir l’album, il sortira sûrement après le milieu de l’année.

Dans vos albums précédents, il y avait une narration, c’était compté comme un livre par chapitres, ce travail sera-t-il le même?

Oui, les gens qui connaissent ma musique et qui ont vu mes albums précédents savent que j’aime raconter les albums comme ça, sous forme de livre, j’aime qu’ils aient une structure. Cet album ne sera pas l’exception, Marelle est une référence et ceux qui ne l’ont pas lu peuvent le faire pour voir la forme de ce livre écrit par Julio Cortazar. Il y a beaucoup d’inspiration pour l’album dans ce livre.

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.