Jazz

LosPetitFellas, Ben Howard, LAPM et plus encore

Par Charles, le mars 28, 2021 — Jazz, Metal, musique, Pop, Punk, Reggae, Rock — 8 minutes de lecture
LosPetitFellas, Ben Howard, LAPM et plus encore

La nouvelle musique est là! LosPetitFellas présente le deuxième volet de son album concept 777; Ben Howard explorez de nouveaux sons et même les gros titres de l’actualité; une compilation qui résume l’essence de Joe Strummer, Evanescence revient après une décennie et s’inspire de Billie Eilish et punk rock avec LAPM.

777: À bout portant (2021)
LosPetitFellas

Avant la pandémie LosPetitFellas a prévu une trilogie de disques, le premier, «777: Good Morning» est sorti en juillet 2020, huit mois plus tard, le groupe présente le deuxième volet de cet album concept qui aura un total de 21 chansons, dont 15 sont déjà connues. A ce stade, le groupe voit 777 comme un outil numérologique qui pointe vers le désir de sortir du trou, du trou, de l’état d’humanité.

Pour cet album conceptuel, le groupe a voulu explorer trois points différents de l’âme et de la psyché auxquels ils ont appelé: « Bonjour » (2020), « À bout portant » (2021) et « République indépendante de F * cking Goce ». Cet épisode a un total de sept chansons et a deux collaborations, Roberto Musso, chanteur de Quatuor de Nos, dans « Les autres » Oui Image de balise Juan Pablo Vega dans « Tarantinero ».

Sans avoir en tête qu’une pandémie allait se produire, le groupe a parié sur l’apocalypse, et c’est ainsi qu’ils ont commencé à concevoir cet album, qui a d’abord parié sur quelque chose qui allait se passer dans le futur et c’est finalement arrivé. De plus, l’honnêteté est l’une des prémisses les plus importantes des chansons qui composent cette trilogie.

Ici LosPetitFellas il réfléchit sur l’amour, la liberté, les sons avec lesquels ses membres ont grandi, la lumière et l’obscurité de l’être humain, le courage et le pouvoir des mots pour réaliser une catharsis. En plus du lancement de « À bout portant » (2021) a également présenté une publication éditoriale, qui démontre le nouveau pari du groupe: « Sortez de la musique et pensez au groupe de l’art », comme il le dit Nicolai Fella.

Collections du voile blanc (2021)
Ben Howard

Ben Howard a pris un virage à 180 degrés sur son quatrième album, « Collections du voile blanc » (2020) est un exercice musical et d’actualité, puisque chacune des 14 chansons qui font partie de cet album est composée à partir de titres et de fragments d’actualité qui ont attiré l’attention de Howard pour les convertir en pistes.

L’album est également considéré comme un scrapbook auditif dans lequel à travers des boucles et des effets de guitare Howard racontez ces histoires des nouvelles, depuis la mort du marin amateur, Donald Crowhurst (Mème de Crowhurst); le fraudeur russe, Anna Sorokin (Désolé Kid); Richard Russell, l’homme qui a volé et écrasé un avion à Seattle (The Strange Last Flight Of Richard Russell) et le corps démembré d’un ami de son père, retrouvé dans une valise flottant dans la Tamise (Finders Keepers).

Parmi ses influences, on retrouve des artistes tels que Brian Eno, colonne Durutti et Steve Reich, mais aussi à Neil Young et Townes Van Zandt. L’album a été coproduit par le même Howard près de Aaron Dessner (Le National, Sharon Van Etten, Taylor Swift). À cette occasion également, l’artiste a ouvert les portes de son album pour inclure de nouveaux artistes tels que Yussef Dayes, l’un des jeunes batteurs et producteurs britanniques les plus innovants spécialisés dans le jazz, ainsi que Kate Stables de This Is The Kit, James Krivchenia de Big Thief, Kyle Keegan de Hiss Golden Messenger et leurs collaborateurs réguliers.

Selon le communiqué de presse, ce «C’est un album substantiel. Une aventure sonore qui continue avec la suggestion que Ben Howard est l’un des compositeurs les plus naturellement talentueux et inventifs du Royaume-Uni.

Assemblage (2021)
Joe Strummer

Enfin, l’une des compilations les plus attendues est arrivée, un album qui résume grosso modo l’exploration sonore qu’il a menée Joe Strummer durant toute sa vie. « Assemblée » (2021) est l’une des pièces qui parvient à rassembler l’essence de Strummer, car on retrouve ici du matériel de différentes périodes de sa vie, des chansons inédites de Le choc, des reprises de classiques du reggae, de pistes de films et d’autres singles en solo.

Il s’agit d’une sélection minutieuse de chansons plébiscitées par ses adeptes et de raretés qui ont été conservées dans ses archives personnelles, on trouve de «Eat Girl», «Johnny Appleseed» ou «YallaYalla», jusqu’à votre version de « Chanson de la rédemption », original par Bob Marley ou « L’amour tue », qui fait partie du film Sid et Nancy (1986).

En plus des chansons, cet album de compilation comprend des textes exclusifs écrits par l’un des plus grands fans de Joe Strummer: Jakob Dylan (The Wallflowers, Overflow Crowds Band et fils de Bob Dylan).

Il est à noter qu’au-delà de son héritage musical -qui était assez large- Strummer attisé la flamme du mécontentement social; il supprime les limites musicales pour faire des amalgames sonores qui, en son temps, sont insoupçonnés; Il a embrassé la littérature, la culture, la politique, pour être le haut-parleur de beaucoup et le détracteur de beaucoup d’autres.

La vérité amère (2021)
Évanescence

Un album sombre mais plein de lumière! C’est comme ca « La vérité amère » (2021), le premier album de Évanescence en une décennie, un album de douze chansons dans lequel le groupe se réfère à ses racines comme du heavy metal, mais en même temps ils s’inspirent des sons modernes, ce qu’ils ont appelé « dark pop ».

Amy lit, chanteur de Évanescence, a affirmé qu’il est en constante recherche d’idées et d’inspiration musicale, l’une de ses grandes références aujourd’hui est Billie Eilish, pour son authenticité lors de la composition et parce que – d’une certaine manière – Lee se sent identifié à Eilishcomme cela lui rappelle sa jeunesse.

L’album a été produit par Nick Raskulinecz (Foo Fighters, Rush, Deftones), qui a travaillé avec le groupe sur Nashville, naît en plus de moments douloureux et inattendus vécus par certains membres du groupe, Amy lit a perdu son frère et Tim McCord votre fils, ainsi que des tragédies collectives comme l’inégalité raciale, le COVID et l’instabilité économique.

Bien que ce soit un album né de cœurs brisés, le message en termes généraux est qu’il vaut mieux passer à autre chose que d’abandonner, voici la résilience incarnée, selon Amy lit: «Je veux quand les gens ont entendu cet album ressentir de l’espoir, de la responsabilisation et de la force. Ce qui m’inspire beaucoup dans la vie, ce sont les gens qui ont surmonté de grands obstacles. Les survivants. J’espère que nous pouvons transmettre l’idée que même lorsque les choses sont incroyablement douloureuses, la vie vaut la peine d’être vécue. « 

Labyrinthe (2021)
LAPM

Depuis 1997 et inspiré par des groupes comme Mauvaise religion, NOFX ou face à face le groupement LAPM est apparu sur la scène musicale colombienne avec une proposition punk rock, qui à travers ses paroles et ses sons cherche à faire de la catharsis sur différents sentiments quotidiens, à élever la voix de ceux qui ne peuvent pas le faire et à exprimer leurs désaccords.

« Labyrinthe » (2021), le dernier label de LAPM, condense 20 ans d’expériences de ses membres, à travers onze chansons le groupe parle de sujets tels que le ressentiment, le chagrin, la colère, la tristesse, l’humilité, la contemplation, la gratitude, l’espoir et la détermination. Selon Camilo Forero, batteur du groupe, « C’est le reflet des émotions que nous vivons pendant toutes ces années où nous avons grandi, sommes entrés dans le monde du travail et formé des familles. »

L’album vise également à montrer que le punk rock n’est pas mort, il a été maîtrisé en La salle de dynamitage (studio fondé par le batteur de Descendants et par quels groupes comme NOFX et Rise Against sont passés. Parmi les influences de ce label on retrouve des groupes tels que Strung Out, Bodyjar, Face à Face, Deftones, The Smashing Pumpkins, Foo Fighters, Pearl Jam et Biffy Clyro.

Le titre de l’album obéit à ce chemin que ses membres ont parcouru au fil des ans, selon le compte jean Antoine, bassiste de LAPM, « Dans notre propre labyrinthe musical, tout ce que nous avons entendu au cours de ces années de genres tels que le hardcore, le métal, la pop, l’indie, a sa place ».

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.