Jazz

« Le son du métal »: le drame d’un basterista

Par Charles, le décembre 31, 2020 - Jazz, Metal, musique
"Le son du métal": le drame d'un basterista

Il y’a quelques semaines Amazon prime première « Son du métal » (le son du métal). La première a été faite sans beaucoup de publicité; Cependant, petit à petit, la rumeur s’est répandue que ce film est un véritable bijou audiovisuel sur la plateforme.

L’histoire commence par nous raconter l’histoire d’un couple qui a un groupe de métal appelé Backgammon. Lou (Olivia Cooke), chanteur et Ruben (Riz Ahmed), batteur, ils passent leurs journées entre les concerts et la caravane où ils vivent, ils ont une vie contraire à la fureur de leurs spectacles: shakes nutritifs, jazz, yoga. Ruben, un ancien héroïnomane, est abstinent depuis plusieurs années et essaie de vivre sa vie paisiblement, fournissant l’adrénaline de la drogue avec des concerts intenses.

Mais tout change quand un jour, cet amoureux du bruit, cesse d’écouter puis le cauchemar commence. Le protagoniste plonge dans le désespoir et avec lui, les spectateurs du film, grâce à une conception sonore magistrale, sont invités à vivre l’angoisse de ce qu’ils n’entendent pas.

Colère, chagrin, anxiété, exaspération, sont les états qui envahissent Ruben et qui jettent le doute sur la capacité de l’homme à se débarrasser de ses addictions passées. C’est alors qu’il atteint une communauté de sourds et d’anciens toxicomanes et les états commencent lentement à muter. Le jeune homme, désormais sans sa petite amie, entame une douloureuse transition vers l’acceptation, avec des trébuchements et des coups à l’ego qui lui font prendre certaines décisions.

Le film est le début du réalisateur Darius Marder et il s’avère être un film viscéral qui nous fait participer à l’angoisse de son protagoniste. Le chemin douloureux de Ruben vers l’acceptation est l’épine dorsale de «The sound of metal», un film qui nous fait non seulement penser aux rebondissements de la vie, aux nombreux visages que la vie peut avoir pour nous, mais nous permet également d’avoir des profondeurs réflexions sur la communauté sourde.

Un drame qui, loin de rechercher la sentimentalité, nous met face à une situation intime défavorable.

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.