Rock

"Le chant": la légende faite en chanson de Karnivale

Par Charles, le avril 19, 2021 — musique, Rock — 3 minutes de lecture
"Le chant": la légende faite en chanson de Karnivale

À minuit, entre Barranquilla Oui Port colombienÀ Atlántico, une mystérieuse femme habillée en mariée apparaît et disparaît, faisant signe aux véhicules et aux bus qui passent sur la route qui mène à la municipalité. Ou du moins, c’est ce que disent de nombreux conducteurs qui empruntent la route et qui ont été «sauvés» de la banshee. La légende urbaine de la « La petite amie de Puerto » a servi de base à la narration de l’histoire du dernier single du groupe Barranquilla Karnivale.

La chanson propose, à travers les sons de la tambora, des joyeux, des maracas et des congas, fusionnés avec les tambours et les synthétiseurs, une rencontre romantique entre le monde sonore de l’organique et du numérique dans un doodle qui vous invite à être porté par le chant et cri d’un cœur dans la douleur.

«La musique communique, les histoires de tradition orale ont peu été transmises de manière musicale. C’est toujours par la narration, on les a aussi racontés au cinéma, à la télévision, mais peu de choses ont été abordées dans le domaine musical. Nous avons donc vu l’opportunité de le faire, de raconter nos histoires traditionnelles à travers notre musique et de la mélanger clairement aussi avec un rythme qui nous émeut, unissant le heureux avec le triste, le sombre et le dansant. Cette histoire de la petite amie de Puerto Colombia n’est pas seulement vue ici sur la côte atlantique, c’est une histoire populaire qui se répète partout dans le monde où le spectre d’une femme décédée tragiquement et brusquement dans un accident de voiture apparaît et disparaît. « , manifeste Médina de Lizeth, chanteur du groupe.

El Canto fait partie de l’album homonyme du groupe, composé de dix chansons, dont déjà sorties. « La mauvaise heure » Oui « Lune » l’année dernière, avec l’esprit musical de ce groupe qui mêle les rythmes autochtones des Caraïbes comme la cumbia, la puya, le chandé, le bullerengue et le mapalé, avec des crescendos d’accords puissants issus du rock. Il a également des influences nord-américaines dans sa production, qui, bien qu’elles ne semblent pas évidentes, sont comprises comme il l’a déclaré. Eugenio Garcia, bassiste et producteur du groupe. Le résultat est un son avant-gardiste qui établit son projet comme l’un des plus consolidés de la scène alternative à Barranquilla.

Le groupe composé de Médina de Lizeth (chanteur), José Martinez (percussion), Walter Extremor (tambours), Esteban Molina (guitare) et Luis Eugenio Garcia (faible), cherche à se lancer tout au long de l’année. «Le plan est actuellement de sortir trois autres singles cette année afin qu’en janvier nous ayons le CD de 10 chansons ‘Karnivale’. Nos plans ont été compliqués pour nous tous, comme pour le reste du monde. Donc, notre façon de nous adapter a été la suivante », Fit remarquer Garcia.

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.