Pop

Hay Festival 2021, une fenêtre pour l’imagination

Par Charles, le janvier 16, 2021 - Concert, Festival, musique, Pop, Rock
Hay Festival 2021, une fenêtre pour l'imagination

« Il est plus que jamais nécessaire d’imaginer et de repenser le monde », sont les mots de Cristina Fuentes De la Roche, Directeur international de Fête du foin, l’un des événements culturels les plus importants et les plus pertinents de Colombie autour de la littérature.

Cette année, le festival proposera un vaste programme numérique gratuit. Jericó, Medellin et Carthagène Ce seront les principaux lieux de l’événement qui comptera plus de 130 activités et plus de 160 participants, qui de différentes parties du monde nous permettront à tous de vivre l’expérience de partager et d’apprécier la culture de chez nous, main dans la main avec des écrivains, des penseurs, des philosophes. , musiciens et créateurs.

Au programme, le discours hommage à la dame des lettres se démarque, Isabel Allende (Chili), célébrant son impressionnante carrière et incluant les détails de son livre le plus récent, « Femmes de mon âme ». De France participera Emmanuel Carrère auteur de « Yoga », un roman qui explore la psyché humaine de la dépression à la paix intérieure obtenue par la méditation; Vanessa Springora, auteur de « El Consentimiento », un livre dans lequel elle dénonce une relation avec un écrivain célèbre lorsqu’elle était adolescente, et l’auteur de « Persepolis », la mythique série de bandes dessinées autobiographiques, Marjene satrapi.

Cristina Sources De la Roche, est espagnole mais colombienne dans l’âme, nous avons discuté avec elle des défis de ce festival, de l’importance de la culture en ce moment et des recommandations qu’elle nous laisse pour cette année:

Quels défis la planification de ce festival vous a-t-elle posés au milieu de la situation actuelle?

Il est temps de réinventer un mode de vie différent, c’est pourquoi aujourd’hui plus que jamais il y a un besoin d’espaces comme le Hay Festival pour dialoguer, changer, imaginer, penser et repenser.

Nous avons le défi que tout le monde a en même temps. Le premier festival que nous avons eu à faire en format numérique s’est déroulé au Royaume-Uni en mai de l’année dernière, puis au Mexique, au Pérou et maintenant en Colombie. C’est une façon spéciale d’atteindre les gens, l’important dans le festival est de rassembler les gens pour raconter des histoires et il y a quelque chose de très intrinsèque à se rencontrer, à parler. Nous avons réussi à continuer à raconter des histoires, à continuer de rassembler des écrivains, des penseurs, avec un large public grâce à ce format numérique qui fonctionne.

Un grand défi est la fracture numérique qui existe dans de nombreux endroits. C’est pourquoi nous avons lancé un travail social dans lequel nous apportons l’apprentissage par la radio. Nous avons toujours eu un chapitre très important dans le festival que nous développons avec la Fondation Plan avec des projets que nous apportons aux enfants des zones vulnérables de Carthagène et de Bolívar, afin qu’ils puissent lire et écrire. C’est quelque chose qui se passe toute l’année et qui culmine avec le festival.

Quelles autres initiatives avez-vous prises pour combler cette fracture numérique?

Nous organisons également le festival en dehors du centre historique, ces dernières années, nous avons fait en sorte que la moitié de la programmation se déroule dans les villes de Bolívar, Carthagène, dans des zones plus reculées et c’est la partie la plus difficile du passage au numérique, car je pense que le public Normalement, vous pouvez nous voir à l’écran mais il y a d’autres domaines où il n’y a pas d’Internet, où il est difficile d’encourager les gens à lire et à écouter les écrivains, donc le voir à partir d’un écran est complexe. C’est un grand défi.

Nous avons élaboré un plan de lecture, nous avons un podcast pour les enfants qui parlent de l’histoire de la Colombie, des ateliers de littérature avec de grands auteurs pour enfants avec des sujets allant de l’histoire, de l’égalité, de la nature aux romans policiers. C’est un sujet auquel nous avons mis beaucoup d’amour.

Quelles réflexions sur la culture vous ont laissées en cette période de pandémie?

Si nous avons appris quelque chose dans cette pandémie, c’est combien il aurait été difficile de survivre sans livres, sans séries, sans musique, c’est pourquoi la culture est fondamentale. Il y a des pays comme l’Allemagne qui ont fait de la culture leur campagne de sauvetage comme une nécessité première, et c’est ce qu’elle est vraiment. Je pense que la culture a été flexible et imaginative et nous l’avons vue avec des écrivains et des musiciens qui se sont adaptés à la situation. Mais je nous demande également de les soutenir. Plus que jamais, il faut continuer avec ce tissu de culture associative, d’éditeurs indépendants, tous ceux qui promeuvent la pensée critique. Nous ne voulons pas qu’après la pandémie, seuls les grands groupes ou les grands musées survivent, nous voulons cette diversité, qui est ce qui fait le tissu culturel du pays.

C’est pourquoi il est essentiel de protéger la culture, c’est pourquoi nous essayons d’organiser des événements en face à face en Colombie pour montrer que la culture n’est pas un ornement qui s’ouvre quand tout va bien, c’est une industrie qui a besoin de son public, de sa réglementation pour fonctionner en un monde si complexe et polarisé dans lequel une pensée critique est nécessaire.

Quel livre recommandez-vous?

En ce moment, je vous encourage à lire un bon livre sur l’économie écrit pour un large public tel que Esther Duflo, « Une bonne économie pour les temps difficiles », un livre qui propose des solutions aux inégalités. Ester Duflo a remporté le prix Nobel d’économie l’année dernière, l’une des plus jeunes à remporter ce prix et qui sera avec nous au Hay Festival.

Un autre livre que je recommande est celui d’un auteur néerlandais, Marieke Lucas Rijneveld, qui a remporté le prix international du booker 2020, intitulé « L’agitation de la nuit », un livre intéressant, tendre et dur en même temps qui donne beaucoup à réfléchir. Elle fait également partie de notre programmation.

Une chanson qui l’inspire quand elle pense à la Colombie …

Chansons de Chocquibtown, en particulier les premières.

Garder à l’esprit …

La musique accompagnera également la transition entre les différents thèmes que le Fête du foin. Dans cette édition, il aura la participation de Goyo, membre et co-fondateur de ChocQuibTown; Carlos Vives, qui parlera de son livre « Cumbiana: Contes d’un monde perdu », une exploration de la cumbia; et le concert de Caribefunk, Groupe musical de Carthagène nominé pour un Grammy Latin.

Aussi Jorge Drexler (Uruguay), compositeur, auteur-compositeur-interprète, créateur de chansons aimées et écoutées dans toute l’Amérique latine et en Espagne, qui fait de la musique depuis près de trente ans, s’aventurant dans des genres tels que le folk, la pop et le rock alternatif; et Ruben Blades (Panama), qui est une légende vivante de la salsa depuis cinq décennies d’expérience musicale.

Une programmation axée sur le secteur de l’édition et le développement communautaire s’adressant aux enfants et aux jeunes comprendra des conteurs d’enfants exceptionnels de Colombie, du Mexique, d’Espagne et du Royaume-Uni, ainsi qu’un cours de cuisine mettant en valeur le meilleur de la tradition gastronomique colombienne dirigée par des chefs. Jaime Rodriguez et Sebastian Pinzón du projet Celele Caribe Lab.

Des auteurs de livres illustrés tels que Valentina Toro (Colombie), Cristina Durán (Espagne) ou Marta Altés (Espagne) y participeront; l’auteur du livre de philosophie pour les jeunes La philosophie dans la rue, Eduardo Infante (Espagne); de grands conteurs pour enfants comme Lluis Prats (Espagne) ou Elia Barceló (Espagne); des poètes comme Mererid Hopwood (Pays de Galles, Royaume-Uni) ou Adolfo Córdova (Mexique); et des écrivains colombiens qui s’entretiendront avec des garçons, des filles et des jeunes sur des sujets tels que l’histoire, l’égalité, l’astronomie, la nature et les romans policiers tels que Ricardo Silva Romero, Luis Arturo Torres Moreno, Germán Puerta, Liliana Arias, Luis Fernando Macías, Catalina Navas et le groupe Nuestro Couler.

Il y aura un panel avec des philosophes et des penseurs

Fernando Savater (Espagne), parlera de « La pire partie », un livre difficile sur la mort de sa femme, dans lequel il réfléchit ouvertement sur la perte, mais aussi sur l’amour et la mémoire. Eduardo Infante (Espagne) participera également à « Philosophie dans la rue » (2019), sur la manière dont il enseigne la philosophie à ses étudiants. Gilles Lipovetsky (France) avec « Aime et excite. Essai sur la société de la séduction » (2020), dans lequel il interroge la séduction de l’érotique et les formes de domination contemporaine: l’économie, la politique et l’éducation. Alfonso Múnera (Colombie), avec « The Failure of the Nation », le premier livre à montrer de manière systématique et convaincante le protagonisme des Noirs et des mulâtres dans le processus de fondation de la nation colombienne. Philippe Sands (Royaume-Uni), qui dans son livre « Route of Escape » dépeint une époque troublée et le quotidien d’un nazi fugitif, ses relations intimes avec sa femme et son fils, l’implication du Vatican et la transition vers la guerre Du froid

Conférences dédiées à la science et à l’environnement

David Quammen (États-Unis) parlera de sa publication la plus récente, « Contagion: The Evolution of Pandemics »; Robert Macfarlane (Royaume-Uni) invitera avec son livre « Underground » à redécouvrir notre existence quotidienne en faisant de nous des participants à la vie qui y passe; Peter Singer (Australie) avec « Ethics for the real world », présentera ses réflexions sur des sujets impossibles à ignorer, comme l’avortement, l’euthanasie ou les droits des animaux; et Joe Sacco (Malte), parleront également de sa plus récente bande dessinée journalistique, «Un hommage à la terre» (2020), une œuvre graphique sur les premiers peuples du Canada et l’exploitation de la terre. De Colombie, le festival mettra en vedette la participation de la scientifique et penseuse Brigitte Baptise, géologue et romancière Ignacio Piedrahita et Mariana Matija, auteur de 10 étapes pour aligner votre tête et votre cœur et sauver la planète.

Toute la programmation du Hay Festival en Colombie peut être consultée sur le site hayfestival.org. Certaines activités du programme seront diffusées en parallèle sur les comptes de médias sociaux et les canaux traditionnels des partenaires et collaborateurs de l’événement. De plus, pour les personnes qui ne peuvent pas suivre les spectacles en direct, les conférences resteront sur le site Web du festival jusqu’au 14 février, avec un accès différé gratuit.

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.