Actualité

Festival du film Al Este en Colombie

Par Charles, le novembre 28, 2020 - Festival, musique
Festival du film Al Este en Colombie

Entre le 26 novembre et le 10 décembre, la troisième édition du Festival du film Al Este en Colombie. Plus de 35 films exposés; rencontres avec des réalisateurs, des producteurs et des professionnels du cinéma; et différentes activités académiques axées sur la formation seront accessibles au public colombien dans un format en ligne Oui à la demande qui s’adapte aux nouvelles réalités résultant de la pandémie COVID-19.

Né en France en 2002, The East Film Festival s’est étendu à des pays comme le Pérou (11 éditions), l’Argentine (7 éditions) et la Colombie (troisième édition). Créé par le cinéaste et historien français David Duponchel, l’événement est devenu l’un des événements de diffusion les plus importants pour le cinéma d’Europe orientale et centrale dans notre région.

«J’ai quitté la Sorbonne à Paris pour étudier à l’École de cinéma de Prague où, littéralement, j’ai découvert ce cinéma qui me passionnait. Je voulais partager ce cinéma qui n’était pas si connu: le cinéma polonais, le cinéma hongrois, le cinéma tchèque. Quand je suis arrivé au Pérou, j’ai vu qu’il y avait une pénurie de films d’auteur, il n’y avait que des chaînes commerciales, un panneau d’affichage très chargé de superproductions. Il y avait un festival qui proposait des films sud-américains, mais il n’y avait pas de cinéma qui m’ait autant inspiré », Duponchel raconte les débuts de l’événement.

Le festival propose des avant-premières, raccourcissant le temps que ces types de films ont mis pour atteindre les pays d’Amérique du Sud, en mettant l’accent sur le nouveau cinéma, avec des langues et des thèmes différents qui ont généralement une valeur exotique. Un cinéma profondément social qui met l’accent sur l’image, avec une variété de films d’animation, une expérimentation créative au format 16 mm et une rétrospective d’auteurs et de réalisateurs.

Par ailleurs, avec un combat intéressant contre l’hégémonie du cinéma européen et nord-américain, le East Film Festival propose une communication entre créateurs d’Europe de l’Est et d’Amérique latine, mettant les réalités sociales marquées, d’une part, par des changements de génération avant et après la chute du mur de Berlin (1989), avec des créations de pays d’Amérique du Sud qui exposent l’influence d’un langage plus audacieux et plus risqué qui raconte nos propres réalités.

À propos de ce dialogue, Duponchel raconte: «Nous travaillons sur un groupe de recherche qui chercherait à savoir quels sont les points communs, aussi à différencier les particularités de chaque pays […] Nous sommes dans un monde quasi transnational avec des phénomènes sociaux qui apparaissent dans plusieurs pays, où chaque pays se retrouve dans l’autre ».

La Compétition à l’Est (9 longs métrages), la Compétition itinérante (10 titres) et la Compétition Made in Latam (10 courts métrages de Colombie, d’Argentine et du Pérou), constituent une grande partie de l’événement qui dans cette édition pose les yeux sur le cinéma réalisé par des femmes avec des rétrospectives de réalisateurs comme Helena Trstikova (République tchèque), Márta Meszarós (Hongrie) et Andrea Štaka (Suisse).

Le tout est complété par une rétrospective consacrée à l’œuvre de Guy Debord qui comprend les six manifestes cinématographiques proposés par le philosophe et cinéaste français.

Toutes les informations et la programmation sont disponibles sur la page du festival.

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.