Métal

Cannibal Corpse élargit son palais brutal avec une violence inimaginable: examen

Par Charles, le avril 15, 2021 — Metal, musique — 3 minutes de lecture
Cannibal Corpse élargit son palais brutal avec une violence inimaginable: examen

15 avril 2021 | 14 h 14 HE

La vérité: L’institution américaine de death metal Cannibal Corpse poursuit sa série presque ininterrompue de massacres sanglants et dignes de Mosh avec Violence inimaginable, leur premier album avec le producteur de longue date Erik Rutan en tant que guitariste à plein temps. Le résultat est l’un de leurs albums les plus subtils et inquiétants – mais subtil est un terme relatif ici. Chaque album de Cannibal Corpse est un assaut de métal sans arrêt, et Violence inimaginable ne fait pas exception.

Le bon: Alors que la fortune du death metal américain dans son ensemble a augmenté et diminué, la carrière de Cannibal Corpse est restée stable, grâce à une gamme solide et à une production enregistrée fiable. Leur série d’albums depuis 2006 Tuer a aidé le groupe à élargir sa base de fans sans sacrifier son son principal – rythmes de blitzkrieg, jeu de guitare de la terre brûlée et paroles d’horreur bien énoncées par le chanteur de blast-Furnace George «Corpsegrinder» Fisher.

Violence inimaginable vient après le premier changement de composition du groupe depuis l’arrivée de Fisher – le guitariste de longue date Pat O’Brien est hors du giron après une étrange rencontre en 2018 avec la loi qui impliquait un incendie criminel, des voies de fait et plusieurs armes à feu trouvées chez lui. Son remplaçant est Erik Rutan, une figure presque légendaire du death metal underground grâce à son travail estimé en tant que producteur et à son appartenance à des groupes comme Morbid Angel, Ripping Corpse et son projet personnel (dormant!) Hate Eternal.

L’ajout de Rutan au mix apporte un nouvel élément à Cannibal Corpse, incorporant un peu de la mélodie rampante et une atmosphère décalée à un groupe typiquement direct sur des chansons comme le délirant «Condemnation Contagion». L’oreille de Rutan pour le non conventionnel en fait le premier changement significatif (bien que léger) dans le son du groupe, rendant leurs chansons plus dramatiques, sinon moins simples.

Le mauvais: Cannibal Corpse excelle à rendre le death metal brutal mémorable, sinon acceptable. Regardez au-delà du nom et écoutez les crochets non-stop de leur chanson classique «Hammer Smashed Face». En règle générale, le groupe gère au moins une chanson anthémique incontournable par album, le genre de morceau que vous voulez toujours entendre dans sa setlist. Violence inimaginable fonctionne bien en tant qu’unité mais n’a pas tout à fait cette chanson remarquable, en partie parce que la voix de Fisher est un peu basse dans son mélange plus épais et plus soupier.

Le verdict: La perte de Pat O’Brien aurait pu être un coup dur pour Cannibal Corpse, normalement résilient, mais Rutan fait plus que passer à l’action, augmentant le son du groupe avec des harmonies et des filigranes fébriles sans nuire à l’attrait principal du groupe. Violence inimaginable ne livre pas précisément un morceau hors du commun, mais il promet un tournant passionnant et étonnamment subtil dans l’héritage de brutalité du groupe.

Pistes essentielles: «Inhumane Harvest», «Condemnation Contagion», «Surround. Tuer. Dévorer. »

Ramassez le cadavre de cannibale Violence inimaginable ici.

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.