Métal

10 records bruyants que 2020 nous a laissés

Par Charles, le décembre 30, 2020 - Metal, musique, Punk, Rock
10 records bruyants que 2020 nous a laissés

Sans aucun doute, cette année a été très extrême, déformée et sombre. Cela a été une année d’étranges silences et beaucoup de bruit. Ce fut une année apocalyptique qui nous a mis contre le mur et nous a fait sérieusement remettre en question la planète que nous habitons pour notre humanité et pour nos vies. C’était sans aucun doute une année parfaite pour être musicalisée avec des accords lourds, des rythmes frénétiques, des tambours rapides et des cris furieux.

L’année 2020 a été très fertile pour la création musicale, en partie parce qu’elle a laissé de nombreux problèmes complexes qui vont au-delà de la pandémie. Guerre, abus d’autorité, massacres, crise économique, faim, pauvreté, dépression et corruption sont quelques-unes des choses qui ont joué cette année, des thèmes qui sont la matière première de sons comme le métal et le punk, qui sont généralement les premiers à dénoncer et exposer la vraie nature humaine.

C’est peut-être pourquoi au cours de ces mois, plusieurs groupes de musique extrême ont sorti de nouveaux albums. Des classiques comme Napalm Death, Sodom, Incantation, Primitive Man, Jello Biafra & The Guantanamo School Of Medicine et Deftones, entre autres, ont sorti de la musique cette année. Mais il ne faut pas oublier que dans chaque recoin de ce pays mourant appelé la Colombie, il y a des gens qui créent des musiques extrêmes de toutes sortes. L’enfermement a servi à ce que de nombreux groupes se matérialisent et que leurs projets soient finalisés, même l’un ou l’autre groupe y a été créé et cela a laissé plusieurs premières fascinantes.

C’est pourquoi nous ne voulons pas laisser passer 2020 sans revoir un peu la distorsion qui s’est dégagée tout au long de l’année. Ces dix groupes, allant du punk au brutal death metal, ne sont pas classés dans un ordre particulier ni ne sont les meilleurs albums de l’année. Ils sont un échantillon du son extrême qui est créé sur ce territoire, qui mérite d’être écouté attentivement et avec beaucoup de volume.

« Mangual »
Le machiniste

Un fléau est une arme médiévale fabriquée à partir d’une chaîne et d’une boule en métal utilisées pour écraser les crânes. C’est le son de ce groupe de powerviolence et de punk hardcore de Bogota qui a sorti son premier album.

Enregistré en direct dans les salles Audio Room, « Mangual » Il se compose de 13 chansons qui sont pure vitesse et fureur. C’est un album parfait pour évacuer tout ce qui nous tourmente et une invitation à détruire tout ce qui coupe notre liberté.

« Antimatière »
Nihil Obstat

Créé à Palmira, c’est l’un des groupes de death metal brutal classique de Colombie et avec leur nouvel album l’expérience qu’ils ont compilé des spectacles.

« Antimatière » c’est une frappe de métal extrême qui ressemble à mille mains d’enfer entraînant une âme en enfer. Cet album se caractérise par un pur death metal classique qui avec chaque chanson ne fait que devenir plus lourd. Parfois le death metal brutal tombe dans la monotonie, mais chaque composition de cet album est spéciale, ce sont des pièces uniques qui forment un tout brutal.

« Douleur »
Tombes

En 2016, Tumbas a sorti son premier EP et c’était juste le son dont une ville froide et clairsemée comme Bogotá avait besoin. Après une brève rupture, le groupe post punk est sorti cette année « Douleur », leur premier LP, un album magnifiquement sombre.

Pressé sur vinyle et avec un style deathrock, ce disque est très kinesthésique. Ses mélodies sombres créent des formes de couleurs noires et violettes qui à leur tour génèrent des auras mélancoliques et très hypnotisantes. C’est un album grossier qui ne prétend pas parler de masques ou de libertés supposées, c’est un portrait honnête, cynique et même grotesque de l’humanité, mais en même temps il est plein d’une beauté inquiétante.

« De l’abîme »
Eshtadur

C’est l’un des albums les plus convaincants et les mieux produits de 2020. « De l’abîme » c’est un album qui surprend à chaque coupure. C’est risqué, créatif, différent et un échantillon du talent éblouissant de ce groupe de Pereira. Du death metal mélodique avec des notes de heavy metal et de rock progressif composent cet album époustouflant.

« Eshtadur » signifie la rébellion des anges et sans aucun doute ces dix chansons sont ce que cela ressemblerait lors d’une bataille entre le ciel et l’enfer. Avec ce travail, Eshtadur a réussi à faire un album fascinant et unique et surtout un échantillon du son qui est fait dans ce territoire, qui ne doit rien à personne.

«Alvarez»
Les Maricas

Los Maricas est l’un des groupes les plus créatifs de Colombie. Leurs chansons peuvent aller du punk le plus garage et bruyant aux ballades les plus romantiques, le tout avec une touche que seul ce groupe de Bogota a.

«Alvarez», son deuxième album, est sa meilleure œuvre à ce jour car elle réunit tous les éléments musicaux, lyriques et conceptuels de Los Maricas. Solitude, chagrin, colère, le patch sont quelques-uns des sujets que cet ouvrage aborde en seulement 23 minutes. Malgré le fait que ses treize chansons passent très vite, cet album a une magie qui se situe entre nostalgique, ironique et fun, qui capte tellement au point de nous obliger à l’écouter encore et encore car le son de Los Maricas est à apprécier les petits détails que cachent ses chansons. C’est presque la vie.

« Limites »
Ventre

Screamo est un genre qui se caractérise par sa passion et le groupe de Cali déborde de cette passion et l’amène à des niveaux qui font ramper la peau.

Le court EP « Limites » parvient à activer tous les sens et à bouger avec ses quatre chansons. Le mélange de cris et de voix mélodiques et la construction des chansons créent une sorte d’onde émotionnelle qui grandit et grandit jusqu’à vous faire exploser. C’est une catharsis de cris qui vous coupe le souffle et vous met à genoux.

« Chimères »
Chimères

Le punk brut et grossier compose le premier album du groupe de Bogota Quimeras. Pure Strength propose ce groupe parfait pour sauter et frapper.
Mais ce qui attire le plus la voix, c’est la voix aiguë et pénible qui complète parfaitement les coups de batterie agressifs. La rue est l’essence même de Chimeras qui, avec cet album, frappe ceux qui aiment le bruit au visage.

« Др. ГОЛОВОКРУЖЕНИЕ »
Buntovschik

Métal russe fabriqué à Valle del Cauca. Telle est la proposition de ce trio qui a fait ses débuts cette année avec une cassette. Buntovschik joue du heavy metal classique, fait avec une voix aiguë rarement trouvée dans le métal contemporain et ses rythmes sont rudes et lourds. Parfait pour griller avec des tonnes de vodka après avoir parcouru des kilomètres en moto.

C’est un pari curieux puisque non seulement le style est inspiré du métal russe, les paroles sont chantées dans cette langue, ce qui fait de Buntovschik un groupe unique et assez amusant.

« Le vide de la vie et de la mort »
Bonestorm

Comme son nom l’indique, ce groupe de Bucaramanga est une tempête de death metal. Son son est lourd, dense et sombre, comme la marche de ceux qui sont condamnés aux ténèbres.

« Le vide de la vie et de la mort » C’est un voyage extrême aux enfers, au cœur d’une tornade d’âmes perdues qui vous fait secouer la tête. Cet album n’est pas du pur speed, il fait également appel au slow death metal. C’est une manière très extrême d’aborder la mort, ce qui lui donne un ton agressif et frappant.

« Prières pour enivrer l’âme des rats »
Assortiment de rat

La ville et son chaos inspire ce groupe qui, comme des rats, ronge son son punk stoner dans les égouts et les plates-formes remplies d’ordures.

Surtidora de Ratas est un trio de Bogota qui n’a pas besoin de paroles ni de voix pour nous plonger au cœur de la démence qui couvre une ville comme Bogotá.

Habituellement, le fumeur place l’auditeur au milieu du désert, mais avec « Prières pour enivrer l’âme des rats » on arpente la solitude des rues la nuit, accompagnée de froid, de danger et de toute bête urbaine qui traverse la route. C’est un excellent album pour s’évader et se laisser emporter par le son lourd et hallucinogène de Rat Surtidoras.

Charles

Charles

Lorsque je n'écris pas d'article, je suis un compositeur et tromboniste qui crée de la musique pour les improvisateurs. Je suis par ailleurs actif dans le domaine des performances musicales en réseau depuis 2012 et a notamment joué, composé et coproduit des dizaines de concerts télématiques avec des collaborateurs en Amérique du Sud et du Nord, en Corée et en Europe.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.